Brève

INEOS dévoile un projet ambitieux pour réduire les émissions de CO2

ineos projet greensand
© INEOS

Le but : extraire le dioxyde de carbone et le stocker à 1 800 mètres de profondeur.

Publicité

C’est une avancée majeure pour INEOS et une première mondiale pour l’industrie. Le groupe fondé et dirigé par le résident monégasque et milliardaire Jim Ratcliffe a annoncé le 8 mars dernier la création d’un projet inédit dans le captage et stockage du carbone (CSC).

Le géant de l’industrie chimique souhaite en effet apporter sa pierre à l’édifice dans la garantie d’un avenir propre et éco-responsable grâce au projet « Greensand », un consortium composé de 23 organismes, tels que des entreprises, des start-ups, des gouvernements ou encore des universités.

Le but : extraire du CO2 en Belgique et le stocker dans un ancien champ pétrolifère, à 1 800 mètres sous les fonds marins. Cette manœuvre a été réalisée dans la mer du Nord, près du Danemark, avec l’accord du Prince héritier Frederik du Danemark.

A terme, le projet « Greensand » pourrait permettre d’extraire et de stocker indéfiniment et en toute sécurité huit millions de tonnes de dioxyde de carbone par an, permettant au Danemark de réduire ses émissions de CO2 de 40% d’ici 2030.

« C’est un grand moment pour la transition verte de l’Europe et pour notre industrie des technologies propres. Il s’agit de la toute première chaîne de valeur complète pour le captage et le stockage du carbone en Europe. Vous prouvez que c’est possible. Que nous pouvons développer notre industrie grâce à l’innovation et à la concurrence, et en même temps éliminer les émissions de carbone de l’atmosphère, grâce à l’ingéniosité et à la coopération. C’est ce que signifie la durabilité compétitive de l’Europe », a commenté Ursula von der Leyen, Présidente de la Commission européenne.

La Commission estime même que l’Union Européenne devra stocker environ 300 millions de tonnes de CO2 par an d’ici 2050, pour atteindre ses objectifs face au changement climatique. Ce procédé d’extraction, s’il se révèle concluant, pourrait donc ouvrir la voie à d’autres projets de ce type. Selon le magazine En Cause, le Royaume-Uni pourrait aussi en bénéficier.

Pour sa part, Jim Ratcliffe a déclaré que ce projet constituait « une avancée pour l’extraction et le stockage de CO2. C’est la première fois que le dioxyde de carbone est extrait avec succès, traverse les frontières et peut être stocké en toute sécurité à n’importe quel endroit du globe. »

En tant que fondateur du projet « Greensand », Jim Ratcliffe estime que « l’industrie et les décideurs politiques ont maintenant pour tâche de soutenir la poursuite du développement et du déploiement du CSC en tant qu’outil essentiel pour atténuer le changement climatique. »