Chef de La Table d’Antonio Salvatore au Rampoldi, Antonio Salvatore a multiplié les expériences avant de poser ses valises à Monaco. Récompensé mi-janvier par une première étoile au Guide Michelin, le natif de Guardia Perticara, une petite commune du sud de l’Italie, savoure ce plaisir incommensurable que seuls les chefs peuvent comprendre. Une consécration, fruit d’un travail sans relâche qui le caractérise si bien.

C’est en Italie que l’histoire d’amour entre Antonio Salvatore et la cuisine a commencé. Au cœur de Potenza, chef-lieu de la région de la Basilicate. Là-bas, cuisiner est dans les mœurs. « Que tu le veuilles ou non, il fallait aider à préparer à manger , sourit Antonio. Alors, après chaque journée d’école, on cueillait dans les jardins les fruits, les légumes et les herbes qui allaient être utilisés pour nos plats. »

Cette culture de la cuisine l’a suivi tout au long de sa carrière et le chef la cultive encore aujourd’hui. Très vite passionné, le jeune homme, alors âgé de 14 ans, entre en école hôtelière, appréhende les rudiments du métier qui va vite être le sien et peaufine sa technique déjà si particulière. 

Italie, Espagne, Russie…

Pour un chef, partir à la découverte d’un nouveau pays, c’est appréhender de nouveaux produits, de nouvelles saveurs et senteurs. À 34 ans, Antonio Salvatore est un véritable globe-trotteur de la cuisine. Il fait ses gammes hors de ses frontières à Londres, puis aux îles Canaries, en Espagne, pour le restaurant étoilé El Chaflán de Juan Pablo Felipe, à Florence, à Milan, ou encore en Russie, lorsqu’un Ambassadeur du Vatican fait appel à lui.

Je sentais que je devais m’exiler pour apprendre encore plus 

« À chaque fois, c’était une nouvelle expérience. On apprend toujours lorsque l’on tente quelque chose. Je sentais que je devais m’exiler pour apprendre encore plus », explique-t-il. Et c’est à Monaco, dans ce petit pays de 2 km2, qu’Antonio va connaître l’une, si ce n’est, sa plus belle récompense.

Travel Club Monaco

Le Rampoldi, une institution monégasque entre les mains du chef 

Avide de nouveaux défis, Antonio Salvatore pose ses valises à Monaco en 2016. Mais pas n’importe où. Au Rampoldi, l’une des institutions les plus historiques de la Principauté. « Lorsque ce projet s’est présenté à moi, je n’ai pas vraiment hésité , sourit-il.  J’en ai parlé à ma femme qui m’a conforté dans mon choix, puis nous sommes arrivés. » C’est en poussant les portes de ce restaurant que la passion du chef a pris une autre dimension. « J’ai de suite éprouvé ce que je ressentais petit lorsque je cueillais les fruits et légumes dans le jardin familial. J’ai créé une véritable connexion avec mon terroir d’origine. »

© Rampoldi

>> À LIRE AUSSI : Patrice Frank, chef sommelier de la plus grande cave à vin d’hôtel du monde

Totalement épanoui, Antonio lance en septembre 2020 La Table d’Antonio Salvatore au Rampoldi, restaurant gastronomique dans lequel lui et son équipe proposent une cuisine d’inspiration méditerranéenne. « C’était l’aboutissement d’un projet qui me tenait particulièrement à cœur. Je veux offrir une expérience culinaire sans pareil, que ce soit au Rampoldi ou à La Table d’Antonio Salvatore au Rampoldi. »

Une première étoile au Guide Michelin en guise de reconnaissance 

Travailleur acharné, le chef accorde une importance particulière aux détails. « Depuis que je me suis pris d’amour pour la cuisine, je ne cesse de travailler, d’apprendre, de découvrir. Alors quand j’ai vu à la télévision que j’obtenais ma première étoile au Guide Michelin avec La Table d’Antonio Salvatore au Rampoldi, c’était tout simplement magnifique, se souvient-il. C’est une récompense dont rêvent tous les chefs. On travaille des années pour cela, sans jamais compter nos heures. Je me dis que tous les sacrifices que j’ai pu faire par le passé ont payé. C’est une consécration pour moi, mais évidemment pour mon équipe, aussi, qui est exemplaire et pour les clients qui n’ont cessé d’être présents. »

>> À LIRE AUSSI : Quand la pandémie contraint les grands chefs à se réinventer

Récompensé pour son travail, Antonio Salvatore ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Ce n’est pas dans sa nature. Lui qui s’est toujours donné à 100 % dans tout ce qu’il entreprenait va continuer à le faire. Une philosophie de vie plutôt payante pour le petit garçon tout droit venu d’Italie, aujourd’hui devenu chef étoilé dans l’un des restaurants les plus mythiques de Monaco.

>> À LIRE AUSSI : Mauro Colagreco, chef étoilé du meilleur restaurant au monde