Publicité »
Analyse

Comment l’application Carlo est devenue indispensable au moment des fêtes de fin d’année

Carlo app monaco
Carlo App

Depuis 2019, l’application Carlo, imaginé par Antoine Bahri, facilite le commerce de proximité en Principauté. Et comme l’année dernière, grâce à la prime versée par le Gouvernement Princier, les commerçants monégasques bénéficient d’un sacré coup de pouce au moment des fêtes de Noël.

Aujourd’hui, ils sont près de 350 commerçants à utiliser l’application Carlo à Monaco. C’est plus d’un tiers de l’ensemble des commerces monégasques, au nombre de 900 au total. « Chaque semaine, deux ou trois commerçants supplémentaires nous rejoignent, énumère Antoine Bahri, fondateur de l’application en 2019. Notre objectif est d’en réunir bientôt cinq cents. »

Publicité

Les salariés dépensent désormais à Monaco

Il faut dire qu’avec 24 000 utilisateurs, Carlo est un véritable succès en Principauté depuis sa création. Au moment de la crise sanitaire, l’application monégasque et sa monnaie locale ont permis aux petits commerçants de la Principauté de survivre face aux grands groupes mondiaux. Et en plus de relancer l’activité locale, Carlo a également permis aux consommateurs de venir faire leurs emplettes à Monaco. Et pas ailleurs. C’est notamment le cas des nombreux travailleurs frontaliers, venus de France ou d’Italie, qui depuis maintenant deux ans ont pris l’habitude de faire leur achat sur le territoire monégasque.

L’application nous a permis d’accueillir des nouveaux clients que nous n’avions jamais vu auparavant

Publicité »
Claudia Pizzuti, gérante du restaurant Tre Scalini

Alors forcément, au moment des fêtes de fin d’année, les commerçant locaux ont plutôt le sourire quand on leur parle de Carlo. « L’application nous a permis d’accueillir des nouveaux clients que nous n’avions jamais vu auparavant, assure Claudia Pizzuti, gérante du restaurant Tre Scalini, sur le port de Fontvieille. Cela nous a également permis de faire connaître le restaurant. Beaucoup de salariés mangent sur Monaco le midi et comme ils bénéficient désormais de réductions, c’est un véritable plus pour eux. »

Car comme nous l’avait déjà confié Antoine Bahri au printemps dernier, « Pour chaque achat effectué avec l’application, le commerçant en déduit 10% : 5% sont destinés au cashback du client, 2% à son parrain et les 3% restants financent la start-up. Ce sont donc 7% qui sont en permanence réinjectés dans l’économie locale. »

LIRE AUSSI : Carlo App et sa monnaie locale boostent les ventes du centre-ville

Publicité »
Carlo app monaco achats
© Carlo App

Le Gouvernement renouvelle l’opération Carlo

Une véritable bouffée d’oxygène pour ces commerçants, qui ont une nouvelle fois pu compter sur le soutien du Gouvernement cette année au moment de Noël. « Le Gouvernement a reconduit l’opération en distribuant près de 6 millions d’euros de primes de fin d’année depuis début décembre aux employés de la fonction publique et du CHPG. »

Cela faisait des années que nous cherchions à fidéliser nos clients. Aujourd’hui, grâce à Carlo, c’est le cas

Jean-Michel Ramos, gérant des boutiques Hugo Boss et Tommy Hilfiger

De quoi ravir Jean-Michel Ramos, gérant des boutiques Hugo Boss et Tommy Hilfiger, qui a été le premier à utiliser l’application en 2019. « Cela a permis de fidéliser les fonctionnaires monégasques qui dépensaient tout le temps ailleurs, sourit-il. Maintenant, les Monégasques dépensent chez nous. Cela représente évidemment une hausse de notre chiffre d’affaires. Cela faisait des années que nous cherchions à fidéliser nos clients. Aujourd’hui, grâce à Carlo, c’est le cas. »

De son côté, même s’il souligne qu’avec le succès de Carlo « la part du gâteau sera moins grande », Alain Latore, à la tête du magasin Les Capucines, reconnaît volontiers que l’application a boosté son chiffre d’affaires annuel. Et particulièrement au moment des fêtes de fin d’année. « La prime versée par le Gouvernement permet aux gens d’anticiper l’achat des cadeaux de Noël. Quand ils ont pris la décision de reconduire l’opération cette année, on a poussé un grand ouf de soulagement. » Preuve encore que Carlo est devenu en seulement quelques mois indispensable pour les commerçants locaux.

LIRE AUSSI : IMSEE : L’économie repart à la hausse en Principauté