À l’ONU, la Principauté a fait passer un message clair concernant le conflit ouvert entre la Russie et l’Ukraine.

Comme l’a confié le Prince Albert II la semaine dernière, la Principauté de Monaco a montré son désaccord avec la décision de la Fédération de Russie d’envahir l’Ukraine, tout en affirmant son soutien à cette dernière en se joignant aux 141 pays qui condamnent les agressions russes.

Un message de paix qui a été entendu lors d’une session extraordinaire d’urgence convoquée par le Conseil de sécurité de l’ONU. La Principauté a, en outre, appelé à la poursuite du dialogue et des négociations diplomatiques tout en saluant le courage dont font preuve le peuple ukrainien et ses dirigeants.

LIRE AUSSI : Ukraine : Pierre Dartout confirme le gel de fonds de certains ressortissants russes

141 pays ont voté en faveur de la résolution « Agression contre l’Ukraine » qui « déplore dans les termes les plus énergiques l’agression commise par la Fédération de Russie contre l’Ukraine » et qui « exige que la Fédération de Russie cesse immédiatement d’employer la force contre l’Ukraine.»

Isabelle Picco, ambassadeur et représentant permanent de Monaco auprès des Nations Unies, a prononcé une intervention pour rappeler l’attachement de la Principauté au respect du droit international et de la charte des Nations unies ainsi que l’importance de régler les différends par des moyens pacifiques. Elle a également regretté la violation de la trêve olympique par la Fédération de Russie ainsi que les nombreuses répercussions de ce conflit sur la population civile.

Une Commission internationale d’enquête sur la situation en Ukraine

Un débat urgent dédié à la situation en Ukraine s’est également tenu les 3 et 4 mars au Conseil des droits de l’homme de l’ONU, permettant notamment l’adoption d’une résolution, co-parrainée par Monaco et par près de 70 états de tous les continents.

Elle a été adoptée le 4 mars 2022 suite à un vote des 47 États membres avec 32 voix en faveur et 2 contre. Cette dernière sera chargée de mener des investigations, de collecter et préserver des témoignages et preuves des violations des droits de l’Homme et du droit international humanitaire.

Dans son intervention, Carole Lanteri, ambassadeur et représentant permanent de Monaco auprès de l’Office des Nations unies à Genève, a appelé toutes les parties au conflit à respecter les droits de l’homme et le droit international humanitaire.

Concrètement, il s’agit ici de protéger les populations et infrastructures civiles, les écoles et les hôpitaux en particulier. Au nom de la Principauté, elle a également exhorté les parties à reprendre le dialogue en vue d’une solution politique au conflit.