La 61e édition de l’événement, qui aura lieu du 17 au 21 juin, promet quelques nouveautés et surprises.

C’est l’un des rendez-vous incontournables de la Principauté. Depuis sa création en 1961, sous l’impulsion du Prince Rainier III, le Festival de Télévision de Monte-Carlo émerveille les amateurs de séries, venus des quatre coins de la planète pour découvrir les nouvelles pépites du petit écran et rencontrer leurs stars préférées.

61 ans plus tard, l’événement se pose comme le plus ancien festival au monde dédié à ce secteur d’activité. Le plus ancien, certes, mais également le plus novateur. Pour Laurent Puons, CEO du groupe Monaco Mediax, qui dirige le Festival de Télévision, cette modernité remonte aux origines mêmes du Festival : « On peut dire sans se tromper que le Prince Rainier III était déjà un précurseur, un visionnaire même, quand on voit aujourd’hui la puissance de cette industrie ! Depuis une vingtaine d’années, le Festival est placé sous la Présidence d’Honneur du Prince Albert II, qui, lui aussi, a fait preuve d’une grande clairvoyance, car il a toujours su adapter l’événement pour qu’il réponde aux besoins de cette industrie. »

Laurent-Puons
Laurent Puons, Vice-président Délégué Monaco Mediax – © Festival de Télévision de Monte-Carlo

Reconnaître les nouveaux talents

Plateformes digitales, ouverture au public pour assurer la promotion de l’événement… Loin de se reposer sur leurs acquis, les organisateurs du Festival ont toujours mis un point d’honneur à se réinventer : « Le Festival a toujours été précurseur. Il a par exemple été le premier à ouvrir son édition avec un contenu émanent d’une plateforme digitale en 2018, Jack Ryan, une production Amazon. Chaque année, on se remet en question. Ce qui a marché en 2021 ne marchera sans doute pas en 2022 », commente Laurent Puons.

Et parmi les nouveautés de cette année, la création de deux nouveaux Prix. D’abord, le Prix du Public, sur la sélection officielle, en partenariat avec BetaSeries. Onze « sérivores » seront choisis par BetaSeries et pourront voter en ligne via une plateforme sécurisée.

La série arrive à vous rendre addict, ce que le cinéma ne peut pas faire.

Ensuite, la Nymphe d’Or du Meilleur Espoir International. Un Prix spécial, en plus de la Nymphe d’Honneur et de la Nymphe de Cristal qui, cette fois-ci, récompensera les nouveaux talents : « ceux qui ne sont pas connus mais qui ont un potentiel énorme », précise Laurent Puons. Et cette année, ce sera l’acteur français Théo Christine (SKAM France, Suprêmes) qui sera récompensé lors de la soirée d’ouverture.

Enfin, pour célébrer les dix dernières années du Festival, les dix anciens présidents de l’événement ont été conviés. Sept ont répondu présent et les fans pourront voir sur le tapis rouge Eric Close, Danny Glover, Michael Hirst, Jason Priestley, Jane Seymour, Ron Perlman et Ricky Whittle.

LIRE AUSSI : « Les séries américaines sont tellement prévisibles » : interview avec Mitch Lowe, cofondateur de Netflix

Les séries pourraient-elles dépasser le cinéma ?

Pour Laurent Puons, cela ne fait aucun doute. Les séries télévisées sont désormais au moins au même niveau que le septième Art. Et si la crise sanitaire a indéniablement joué un rôle, pour le Vice-Président Délégué de Monaco Mediax, la frontière entre petit et grand écrans s’est atténuée bien avant : « La crise du Covid a développé, avec le confinement, la durée de visionnage du consommateur. Les plateformes digitales ont vu leurs chiffres se développer de façon significative. Mais personnellement, ça fait bien cinq ans que je vois qu’il n’y a plus de barrières entre les séries et le cinéma. Je ne serais pas étonné de voir un jour Tom Cruise jouer dans une série. (…) Aujourd’hui, certains acteurs de séries sont plus connus que des acteurs de cinéma. »

festival-television-monte-carlo-fans
© Festival de Télévision de Monte-Carlo

Et si le Festival compte chaque année entre 5 000 et 6 000 spectateurs, l’engouement croissant du public pour les séries pourrait attirer davantage de monde : « Si vous allez voir un blockbuster américain au cinéma, le film commence, puis se finit. Tant que les acteurs ne font pas un autre film, on les oublie. Alors que dans une série, les gens attendent impatiemment que sorte une nouvelle saison. Regardez les phénomènes Game of Thrones, Desperate Housewives, The Walking Dead… La série arrive à vous rendre addict, ce que le cinéma ne peut pas faire. »

Nouveaux formats, nouveaux contenus, nouveaux acteurs… Au Festival de Télévision de Monte-Carlo, le mot d’ordre est « innovation ». Une règle à laquelle Laurent Puons, en poste depuis dix ans, ne compte pas déroger : « Quand j’ai pris la direction du Festival, j’ai voulu continuer à le développer, parce qu’il y a un potentiel énorme. (…) On a réussi, sur ces dix dernières années, à faire ce qu’aucun autre festival n’a réussi à faire : permettre aux fans de rencontrer des stars dans des conditions idéales. (…) Et puis, il faut surtout rappeler que le festival a lancé les plus grandes séries : Glee, Game of Thrones, Lost, Desperate Housewives ont été lancées au Festival. 90% des plus grandes séries à succès ont été lancées au Festival de Télévision de Monte-Carlo, c’est énorme ! »

Infos pratiques :

  • Dates : du 17 au 21 juin 2022
  • Entrée gratuite
  • Carte #OMG : 49 euros
  • Pass VIP : à partir de 690 euros
  • Réservations et informations complémentaires sur le site internet du Festival