Récit

AS Monaco : Connaissez-vous bien l’histoire de Bouba ?

Bouba
AS Monaco

Mascotte de l’AS Monaco depuis le début des années 1970, Bouba a longtemps disparu avant de faire son grand retour sur le devant de la scène depuis 2016. Si son histoire comporte encore des parts de mystère, Bouba regorge d’anecdotes croustillantes.

Comment ce drôle d’éléphant a-t-il bien pu devenir l’égérie de l’AS Monaco ? « Alors ça, soupire Laurent Peyronel, directeur du jardin animalier de Monaco. Cela fait plus de quarante ans que je me pose la question ! »

Jean Petit, Jean-Luc Ettori, club, supporters, famille princière… Laurent Peyronel a posé des questions, quasiment toutes restées sans réponse. Mais alors pourquoi un éléphant, surnommé Bouba, comme le petit ourson du célèbre dessin animé ?

Buon-Nam, un cadeau de l’Empereur du Vietnam au Prince Rainier III

« En 1954, le Prince Rainier III a reçu un éléphant en cadeau de la part de l’Empereur du Vietnam, Bao-Daï, confie le directeur du jardin animalier de Monaco. C’était une jeune éléphanteau qui s’appelait Buon-Nam. Les soigneurs l’ont rapidement surnommé affectueusement Bouna. »

Bouna-Prince-Rainier
©DR

Un éléphant. Bouna. On y vient. « En décembre 1954, elle a rejoint le jardin animalier. Elle a été l’une des toutes premières pensionnaires. » Jusqu’à son départ pour un zoo au Nord de l’Italie en 1982, Bouna a pris ses quartiers au sein du parc. Elle aurait, selon les dires, barri lors de nombreux buts inscrits par l’AS Monaco dans l’ancien stade Louis II.

Légende urbaine ? « Si l’on est pragmatique, oui, sourit Laurent Peyronel. Elle est arrivée toute petite au sein du parc et elle a été placée dans la partie haute. Topographiquement, elle ne pouvait pas voir la pelouse. »

Bouna aimait-elle barrir à chacun des buts de l’AS Monaco ?

Mais en grandissant, Bouna est déplacée dans une autre partie du parc. « Là, elle avait encore moins de chance de voir le stade… » Mais un troisième espace occupé par l’éléphante pourrait alimenter la légende. « Adulte, elle était au fond du parc. Là, elle aurait pu éventuellement voir la pelouse. Mais j’ai du mal à y croire. »

Bouna-2
©DR

Le hasard aurait pu la faire barrir au moment d’un but de l’AS Monaco. C’est l’hypothèse « la plus crédible » selon Laurent Peyronel, qui a demandé à plusieurs anciens joueurs s’ils avaient déjà entendu l’animal. Là encore, les souvenirs et les réponses manquent.

Récemment, Richard Rizza, fils de Jean-Mary Rizza, président du club des supporters de l’AS Monaco à cette époque, nous a apporté quelques éléments de réponse.

Son père a en effet eu l’idée avec ses fidèles acolytes supporters d’en faire une mascotte, car on l’entendait effectivement barrir à l’occasion de certains buts. « Bouna barrissait seulement parce qu’il entendait du bruit pendant que les supporters laissaient éclater leur joie dans l’ancien Louis-II. »

Si vous avez d’autres informations, des photos, des vidéos ou encore des anecdotes, n’hésitez pas à nous envoyer vos témoignages à cette adresse : contact@monaco-tribune.com


Quel est le rôle de Bouba ?

Donner le sourire aux enfants. Voilà la mission principale de Bouba. Présente au stade Louis II, notamment du côté de la Munegu Family, la mascotte de l’AS Monaco adore les selfies. Également présente lors des opérations caritatives du club, la plus célèbre des mascottes monégasques accompagne l’AS Monacoeur lors de ses interventions.

©AS Monaco

Récemment, Bouba était présent pour le départ de l’AS Monaco Kids Tour, après avoir fait des figures skis au pattes l’hiver dernier au Sunset Park – Snowpark de Chamrousse, à l’occasion du début des Jeux Olympiques d’Hiver. Un agenda chargé pour cet éléphant baptisé Bouba, en hommage à son aînée… Une certaine Bouna.