Depuis la victoire marquante de l’AS Monaco dimanche soir sur la pelouse du Parc des Princes face au Paris Saint-Germain (0-2), la presse étrangère ne cesse d’encenser la prestation des Monégasques, tout en saluant le plan tactique mis en place par Niko Kovac. Mais indépendamment de ce succès prestigieux, c’est tout le projet de l’ASM qui a été décortiqué par la presse étrangère depuis quelques mois. Alors, comment est perçu l’AS Monaco au-delà de nos frontières ?

Unanimes, ou presque. Lundi matin, les journaux étrangers ont tous, pour la plupart, mis en lumière la victoire de l’AS Monaco et le coup de génie élaboré par Niko Kovac face au Paris Saint-Germain (0-2). « Une leçon tactique » pour les Anglais de The Guardian, pendant que le média espagnol AS conseillait à Barcelone et Koeman de « prendre des notes et de s’inspirer de Monaco pour refaire son retard sur le PSG » lors du huitième de finale retour de Ligue des champions. Il faut dire qu’en deux rencontres face au club de la capitale cette saison, l’ASM a gagné à deux reprises (3-2 à l’aller). Et les choix de Niko Kovac n’y sont pas étrangers.

Un tacticien hors pair en la personne de Niko Kovac

À l’aller, menés deux à zéro à la pause, les Monégasques avaient complètement inversé la tendance au retour des vestiaires, après l’entrée en jeu notamment de Cesc Fabregas, pour finalement s’imposer (3-2). Une victoire mémorable, première signature marquante du Croate, véritable mobilisateur de vestiaire, habiter par l’envie de ne jamais renoncer, ce qu’il a réussi à transmettre à ses joueurs depuis le début de la saison. Une volonté de travailler et d’établir un véritable projet de jeu, rendu possible par des séances précises la semaine, à défaut de disputer une compétition européenne.

>> À LIRE AUSSI : L’AS Monaco peut-il créer l’exploit sur la pelouse du Paris Saint-Germain ?

Dimanche, avec une défense malléable, à quatre ou à cinq, une ligne de milieu renforcée, des marquages individuels stricts, notamment sur Mbappé, et un pressing constant sur le porteur de balle, les Monégasques ont étouffé des Parisiens incapables de répondre par le jeu et de trouver le chemin des filets. Une tactique concoctée avec soin tout au long de la semaine par Niko Kovac, avec l’ambition secrète de ne pas revivre le cauchemar vécu sur la pelouse de l’Olympique Lyonnais (4-1) en octobre dernier. Un plan qui a fonctionné à merveille et qui, selon AS, devrait être copié par Ronald Koeman le 10 mars prochain lors du match retour, même si le FC Barcelone a un handicap de trois buts à remonter (défaite 1-4 à l’aller).

AS Monaco Niko Kovac
Nico Kovac © AS Monaco

Un groupe mêlant jeunesse et expérience

La victoire au Parc des Princes a aussi confirmé cette tendance qui semble se dessiner depuis le changement de cap opéré par Oleg Petrov, puis par Paul Mitchell : celui d’une équipe majoritairement composée de jeunes joueurs talentueux, entourés de quelques joueurs expérimentés. Ainsi a été recruté Kevin Volland (28 ans), qui aux côtés de Wissam Ben Yedder (30 ans) ou Cesc Fabregas (33 ans), encadre une jeunesse pétrie de talents, à l’image des Sofiane Diop (20 ans), Benoît Badiashile (19 ans), Aurélien Tchouaméni (21 ans) et Youssouf Fofana (22 ans).

>> À LIRE AUSSI : Qui est Paul Mitchell, le nouveau directeur sportif de l’AS Monaco ?

Une stratégie confirmée par l’arrivée du prometteur ailier sénégalais Krépin Diatta (21 ans) cet hiver. « Le recrutement de Krépin illustre notre stratégie, car il est rapide, à l’aise avec le ballon, agressif et qu’il correspond parfaitement à notre style de jeu » avait déclaré Paul Mitchell. Fort d’un carnet d’adresses parmi les plus fourni au monde, le Britannique devrait à nouveau faire parler de lui lors du prochain mercato estival, entre la gestion des assauts des grands clubs européens pour dénicher les nouvelles perles monégasques et le ciblage de nouvelles promesses du football mondial qui viendraient poser leurs valises en Principauté.

Le recrutement clairvoyant d’un quatuor visionnaire a réveillé le rêve d’une Ligue des champions dans un club français

Gary Jacob, The Times

Pour Gary Jacob, plume du journal britannique The Times, « le renouveau de Monaco s’accélère » justement grâce à l’apport de « quatre Anglais chargés de reproduire le modèle de recherche et de développement de joueurs agressifs (dans le bon sens du terme) qu’ils ont appliqué avec succès dans d’autres clubs. » À commencer par Paul Mitchell donc, arrivé cet été en provenance de la galaxie Red Bull, considéré comme l’architecte de ce nouveau projet, rapidement rejoint par James Bunce (directeur de la performance), Aaron Briggs (analyse tactique) et Laurence Stewart (responsable recrutement).

AS Monaco Paul Mitchell
Oleg Petrov et Paul Mitchell © AS Monaco

>> À LIRE AUSSI : Niko Kovac, l’atout qu’il manquait à l’AS Monaco pour retrouver les sommets ?

Dans un entretien exclusif accordé pour la chaîne allemande Sport1 en amont de la rencontre face au Paris Saint-Germain, Niko Kovac avait quant à lui fait part des similitudes entre le club du Rocher et le modèle allemand, dont il est désormais expert après des passages à l’Eintracht Francfort et au Bayern Munich. « En termes de structures, Monaco se rapproche de ce que j’ai connu à Francfort, confiait-il. Avec Dmitri Rybolovlev, nous avons un propriétaire qui a installé deux responsables, Paul Mitchell et Oleg Petrov, afin de ramener Monaco à la place qu’il mérite. Trois personnes sont responsables de la zone sportive ici, dont moi. Paul (Mitchell) s’occupe des structures et Oleg (Petrov) est le bras droit du propriétaire. Les prises de décisions sont très courtes. Cela rend les choses beaucoup plus faciles. »

Des ambitions fortes à long terme

Après le succès au Parc des Princes, Oleg Petrov a rappelé les objectifs de l’ASM cette année : retrouver la Coupe d’Europe en fin de saison. « Le titre ? C’est un objectif sur le long terme, car Dmitri Rybolovlev a beaucoup d’ambitions pour l’AS Monaco. Mais cette année, l’objectif principal est de se qualifier pour la Ligue Europa, a-t-il précisé pour Nice-Matin. L’équipe est jeune et en progression. Il faut rester prudent, car nous sommes encore en reconstruction. » Avec une quatrième place actuelle, synonyme d’Europa League et douze points d’avance sur Lens, cinquième, l’objectif est quasiment déjà atteint.

>> À LIRE AUSSI : Niko Kovac (AS Monaco) : « La course au titre va se jouer entre Paris, Lille et Lyon »

Monaco-Nice-Prince-Albert-Rybolovlev
S.A.S Prince Albert II et Dmitri Rybolovlev © AS Monaco

Le Prince Albert II dans l’interview accordée à Monaco Hebdo a été très positif concernant « les résultats encourageants » de l’AS Monaco. Il apprécie « la bonne dynamique » et le système de jeu qui « est bien en place ». Le Souverain rassure que « la vente de l’AS Monaco n’est pas d’actualité. L’actionnaire principal du club, M. Dmitri Rybolovlev, continue d’apporter un soutien financier constant. Il est toujours dans le même état d’esprit, qui est de soutenir l’AS Monaco. » De son côté, le Souverain confirme l’objectif du club qui est « de rejoindre à plus ou moins courte échéance l’Europe. »  

Une ligne de conduite et une volonté de ne pas se précipiter, tout en restant ambitieux, que le vice-président directeur général de l’AS Monaco avait déjà affirmé pour CBS Sports. « Le président est ambitieux et sa vision pour Monaco est claire : ramener le club parmi les places fortes du football français en le faisant participé régulièrement à des compétitions européennes. Nous pouvons compter sur l’implication quotidienne du président et sur son soutien total. » Et si Lille, Lyon ou Paris venaient à laisser traîner des points en route d’ici la fin de saison, Monaco ne verrait pas d’un mauvais oeil de prendre un peu d’avance dès cette année sur ses ambitions à long terme. Car si la Ligue des champions n’est pas là la saison prochaine, nul doute qu’elle sera l’objectif numéro un du club dans les deux ans à venir.