Suite au vote du projet de loi sur l’aménagement concerté du temps de travail, l’Union des Syndicats et l’Union des Retraités de Monaco ont souhaité manifester, ce mercredi, devant le Conseil National.

Tandis qu’une séance législative se tenait au même moment, 200 personnes ont manifesté aux alentours de la Place d’Armes pour faire retirer la loi, votée le 17 juin dernier. En effet, ils n’ont pas pu accéder à Monaco-Ville car, d’après le Gouvernement, « le Rocher, de par ses spécificités, doit rester à l’écart de ce type de manifestations.« 

Le Gouvernement Princier a précisé, auparavant, qu’il n’interdirait pas la manifestation. Cependant, il a considéré la manifestation « comme inopportun et peu respectueux des Institutions un rassemblement aux abords du Conseil National et du siège du Gouvernement. » D’autant plus, « qu’en cette période de crise sanitaire, les dispositions de la décision ministérielle du 25 juin 2021 doivent être respectées, en ce sens qu’elle n’autorise qu’exceptionnellement des rassemblements sur l’espace public de plus de 10 personnes.« 

Une loi qui ne risque pas d’être modifiée

Lors d’une réunion qui s’est tenue le 29 juin, le Ministre d’État et le Ministre des Affaires Sociales ont apporté quelques informations supplémentaires concernant ce projet de loi. « Celui-ci ne concerne que l’aménagement concerté du temps de travail. Il ne vise en rien une modification des attributions des délégués syndicaux et encore moins à modifier la hiérarchie des textes en vigueur au sein de l’entreprise ou à remettre en cause des conventions collectives. » Enfin, le Gouvernement Princier a précisé qu’il ne comptait pas modifier le texte tel qu’il a été voté par le Conseil National.