En ce 1er septembre, jour de rentrée, le Conseil National a exprimé ses inquiétudes quant à la gestion de la crise sanitaire par le Gouvernement princier.

En tête des doléances : l’absence de réunion du Comité Mixte de Suivi Covid-19. Instauré par le Prince Souverain au début de la crise sanitaire, il permet notamment d’échanger autour des futures actions sanitaires et économiques. Malgré l’augmentation des cas positifs en Principauté, la fermeture d’établissements et le classement en zone rouge des Alpes-Maritimes, « depuis le 28 juillet dernier, le Gouvernement n’a plus réuni le Comité Mixte de Suivi », constate le Conseil National.

Un accès trop long aux tests de dépistage du Covid-19

Autre sujet sensible : l’accès aux tests PCR. « Le Conseil National regrette que l’on ne teste pas assez et manifestement avec des délais trop longs, tant pour le prélèvement que pour l’obtention du résultat (parfois plus de 7 jours) », peut-on lire dans le communiqué publié le 1er septembre. L’organe institutionnel a également pointé du doigt « le décalage » entre les annonces du Gouvernement en matière d’augmentation des capacités de prélèvements et « le manque de moyens constaté sur le terrain aujourd’hui ».

Il est regrettable de se retrouver une nouvelle fois en situation de tension, comme ce fut le cas pour les masques à l’époque

Conseil National (au sujet des tests PCR)

La question de la rentrée, dans les écoles comme dans les entreprises, a également été soulevée. Dans les deux cas, le Conseil National regrette l’absence « de décisions gouvernementales claires, à ce jour encore imprécises ».

Les élus ont d’ores et déjà demandé la tenue d’une réunion du Comité Mixte de Suivi. « En matière de lutte contre la pandémie Covid-19, Monaco doit être autonome et plus ambitieux », a fini par conclure le Conseil National.