ANALYSE. Dans la continuité d’une saison prometteuse avec une nouvelle finale de championnat de France et surtout un premier quart de finale d’Euroligue, la Roca Team est en train de réaliser un mercato d’exception, avec un budget qui devrait approcher les 20 millions d’euros cette saison. De quoi rêver en grand.

Que le temps passe vite. Bientôt dix ans, déjà, que l’AS Monaco Basket a été rachetée par Sergey Dyadechko. Et que dire du chemin parcouru. Des montées, des titres et surtout des ambitions, intactes, et toujours plus grandissantes.

Après trois Leaders Cup (2016, 2017 et 2018) et une EuroCoupe (2021), la Roca Team entend bien garnir encore un peu plus son armoire à trophées, avec un objectif majeur dans un coin de la tête : le titre de champion de France. Un trophée qui a encore fui le Rocher cette saison, pour la quatrième fois dans l’histoire du club (1950, 2018, 2019, 2022).

Un budget en hausse

« Il ne fait aucun doute que le titre de champion de France nous manque et nous voulons l’obtenir, nous a confié Oleksiy Yefimov, au moment de se pencher sur les aspirations du club. La saison dernière, nous avons placé la barre tellement haut en Euroligue qu’il sera très difficile de rester à ce niveau, surtout si l’on tient compte du fait que la plupart des équipes ont augmenté leurs budgets afin de constituer des effectifs plus compétitifs. Notre objectif sera de participer à nouveau aux play-offs. »

Oleksiy Yefimov
Les semaines d’Oleksiy Yefimov sont chargées en ce moment avec le mercato/©AS Monaco Basket

Avec un budget estimé à ce jour à 20 millions d’euros, contre 14 millions d’euros la saison dernière (déjà un record), l’AS Monaco Basket et Aleksej Fedoricsev se sont eux aussi donnés les moyens de leurs ambitions. Sans excès et avec quelques ingéniosités, comme le précise le directeur exécutif du club.

La Roca Team est devenue la marque de basket-ball la plus reconnue en France, devant l’ASVEL et Limoges

Oleksiy Yefimov

« Aleksej Fedoricsev est pleinement engagé dans le projet et il prêt à augmenter sa contribution financière, affirme-t-il. Le Gouvernement de Monaco nous apporte également un énorme soutien, mais selon les règles du fair-play financier de l’Euroligue, les actionnaires des clubs ne peuvent pas injecter plus de 50% du budget total. Nous travaillons donc à la création d’un département des opérations commerciales qui aura pour but d’augmenter les revenus du club. »

Une augmentation des revenus qui pourrait faire grimper Monaco dans la hiérarchie des clubs les plus riches d’Euroligue. La saison dernière, le club du Rocher comptabilisait le quatorzième budget sur les dix-huit clubs participants à la compétition. Une donnée qui n’a pas empêché la Roca Team de rejoindre les quarts de finale pour sa toute première participation.

Un recrutement alléchant

« Au cours des douze derniers mois, nous sommes passés du statut d’équipe « sans nom » à celui d’un candidat au Final Four, explique Oleksiy Yefimov. Notre combat épique en quart de finale contre l’Olympiakos a suscité un intérêt énorme en France (4 millions de téléspectateurs cumulés, ndlr) et dans toute l’Europe. Selon les derniers rapports des consommateurs, la Roca Team est devenue la marque de basket-ball la plus reconnue en France, devant l’ASVEL et Limoges. » Deux clubs historiques de la discipline en France.

Mike-James-Roca-Team
 Mike James, une star sur le Rocher/©AS Monaco Basket

Un intérêt du public pour le club qui devrait s’intensifier cette saison. Après l’arrivée de la star américaine Mike James, qui a permis au club de prendre la lumière et d’entrer dans un tourbillon médiatique, le nouveau recrutement XXL de la Roca Team pourrait à nouveau intensifier le rayonnement de l’institution. Avec Elie Okobo, Jordan Loyd, John Brown ou encore Jaron Blossomgame, les dirigeants de l’ASM Basket ont frappé fort. Et ce n’est pas encore fini.

La signature d’Elie Okobo, qui a été dans le collimateur de Barcelone, du Real Madrid et de Fenerbahçe, est un bon signal que nous souhaitons renforcer le roster avec des joueurs formés localement de haut niveau

Oleksiy Yefimov

« La saison dernière, la seule chance pour nous de rester en Euroligue était de se qualifier pour les play-offs (La Roca Team avait gagné son ticket pour la compétition en remportant l’EuroCoupe, le club ne bénéficiant pas d’une wild-card permanente comme l’ASVEL). Nous avions donc pris le risque de signer dix étrangers, rappelle le directeur exécutif, désormais tourné vers un recrutement plus local.

LIRE AUSSI : PORTRAIT. Oleksiy Yefimov, architecte inspiré de la Roca Team

Nous cherchons à trouver un meilleur équilibre entre les étrangers et les JFL (Joueurs formés localement). La signature d’Elie Okobo, un joueur qui a déjà prouvé qu’il était le MVP des finales françaises et qui a été dans le collimateur de Barcelone, du Real Madrid et de Fenerbahçe, est un bon signe que nous voulons renforcer le roster avec des joueurs formés localement de haut niveau. »

Un projet durable

Une politique de recrutement qui s’accompagnera également d’une politique de continuité, comme le confirme la prolongation de contrat de trois saisons supplémentaires de l’entraîneur Sasa Obradovic, grand artisan des succès monégasques, mais aussi celle de Mike James.

« Nous avons une confiance totale en Sasa Obradovic, lance « l’architecte » de la Roca Team. C’est déjà la deuxième fois que Sasa a repris l’équipe en cours de saison et a réussi à redresser la situation de manière positive ! Il est totalement attaché à la Roca Team et à la Principauté de Monaco. Sasa a le cœur rouge et blanc et la semelle monégasque. »

Sasa-Obradovic
 Sasa Obradovic s’inscrit dans la durée/©AS Monaco Basket

Une stratégie qui s’applique désormais aussi aux joueurs. « Les saisons précédentes, nous avons été critiqués parce qu’après chaque saison réussie, nous ne pouvions pas garder nos joueurs principaux. Je pense que le fait que Mike James reste avec nous sur le long terme envoie un autre message fort à la communauté : nous voulons avoir une continuité dans l’équipe. Notre stratégie de marché sera construite sur l’idée d’avoir des contrats de joueurs à long terme. »

Nous voulons avoir une continuité dans l’équipe. Notre stratégie de marché sera construite sur l’idée d’avoir des contrats de joueurs à long terme

Oleksiy Yefimov

Une stabilité évidente, qui devrait aussi prochainement se traduire par une présence permanente en Euroligue. Un précieux sésame que l’AS Monaco Basket semble tout proche d’obtenir. « L’objectif majeur est de devenir un actionnaire de l’Euroligue, mais d’abord, nous allons nous approcher d’une wild-card sur plusieurs années, révèle Oleksiy Yefimov.

LIRE AUSSI : Euroligue : Le calendrier 2022/2023 de l’AS Monaco Basket

Pour cela, nous devons montrer que Monaco est un projet solide et durable avec une vision de développement sportif, économique et d’infrastructure à long terme. » Cela tombe bien, le dernier frein à cette fameuse wild-card n’en sera bientôt plus un.

« En septembre, nous serons en mesure d’accueillir les fans dans un gymnase d’une capacité de 5000 places, ce qui évitera tout conflit avec la capacité minimale requise par l’Euroligue. Le Gouvernement de Monaco fait de vrais miracles. » La Roca Team aussi. Et ce n’est que le début.