Publicité »
Interview

Camille Gottlieb : « Aider les autres c’est une immense fierté » 

Camille Gottlieb photo portrait
Camille Gottlieb se lance cette année dans l'entreprenariat © Frédéric Nébinger

Nous avons rencontré Camille Gottlieb, fille de la Princesse Stéphanie, pour échanger autour de ses missions actuelles avec ses nombreuses associations mais également de ses futurs projets en Principauté.

De l’associatif à l’entreprenariat, Camille Gottlieb lance cette année sa propre entreprise de communication en freelance. Profondément attachée aux valeurs que sa mère lui a transmises, elle continue de lutter contre le fléau de l’alcool avec son association Be Safe Monaco, mais aussi de sauver des animaux avec les SPA ou encore d’aider les jeunes et les séniors avec la Croix Rouge monégasque.

Publicité

Bonjour Camile, tout d’abord, comment allez-vous ? 

Bonjour ! Je vais très très bien. Je suis en pleine préparation pour le Grand Prix, déjà fatiguée rien que d’y penser mais tout va bien merci !

Publicité »

Vous avez 25 ans, bientôt 26 le 15 juillet, comment se sent-on à cet âge lorsque l’on a déjà accompli beaucoup de choses, comme vos nombreuses actions avec Be Safe Monaco ou encore votre soutien à la Croix Rouge monégasque ?

On se sent normale (rires), personnellement je me sens bien. Je me sens utile pour les autres, pour aider et défendre des causes qui me tiennent particulièrement à cœur. Je suis aussi beaucoup présente pour l’association de ma mère, Fight Aids Monaco et je suis rentrée récemment au Conseil d’administration de la SPA de Monaco. L’associatif est très important pour moi, autant sur le développement personnel en tant que femme, que pour le développement de la Principauté.

D’où vous vient cette volonté de s’engager auprès gens, en particulier des jeunes, de vouloir aider et sauver des vies ?

Publicité »

Depuis que je suis née je vois ma mère aider les autres, que ce soit sur le plan personnel ou associatif. Elle m’a toujours dit « je me nourris du sourire des gens ». Depuis petits, avec mon frère et ma sœur, elle nous a toujours inculqué ces valeurs, de se rendre compte de la chance que nous avons et de ne jamais l’oublier. C’est pour cela que j’aide facilement, même dans ma vie personnelle je suis très généreuse. Pour moi, quelqu’un qui n’aide pas n’est pas quelqu’un digne de confiance.

Camille porte un amour inconditionnel aux animaux de compagnie, particulièrement à sa petite chienne Léonie © Frédéric Nébinger

Pour parler de votre association Be Safe, qu’on ne présente plus ici à Monaco, comment préparez-vous la saison estivale qui approche à grands pas ?

Publicité »

Be Safe prend de l’ampleur. Nous allons avoir une deuxième navette qui va être mise en place en juillet pour la saison estivale, grâce à notre partenariat avec la Société des Bains de Mer qui nous finance également un chauffeur. La SBM est une entité énorme ici à Monaco et ce soutien nous prouve que notre cause a de la valeur. 

Son Président, Monsieur Stéphane Valeri, souhaite également faire de la sensibilisation auprès des saisonniers, pour qu’ils sensibilisent les clients à leur tour. C’est une chaîne et je l’ai notamment remarqué quand je travaillais au MK Club : une personne, une phrase, peut tout changer. Les établissements de nuit à Monaco sont certes concurrents mais pour cette cause il faut faire bloc tous ensemble.

Comment se présage l’avenir de Be Safe ? Y a-t-il des nouveautés de prévues, d’autres partenariats en vue ?

Publicité »

Les deux dernières années ont été très compliquées sur le terrain, nous avons eu beaucoup d’accidents durant l’année 2023, ce fût l’année la plus meurtrière sur la route à cause de l’alcool à Monaco. Même si Be Safe existe depuis plus de cinq ans, les mentalités mettent malheureusement du temps à changer. Les décès de l’année dernière ont été particulièrement jeunes, je pense que la personne la plus âgée avait 33 ou 34 ans et la plus jeune avait 19 ans

Du côté de Be Safe, cela nous a donné encore plus de force pour se battre pour les familles des victimes qui nous soutiennent, et pour aider la Principauté et les communes limitrophes. Grâce à notre nouveau partenaire, l’IUM (International University of Monaco), nous allons encore plus pouvoir sensibiliser et aider les jeunes, les étudiants.

Nous sommes toujours ouverts aux nouveaux partenariats, mais nous avons surtout besoin de nouveaux bénévoles. Avec deux navettes désormais, l’idéal serait de toujours avoir un bénévole aux côtés du chauffeur, en cas de problème avec les passagers. À l’avenir, nous allons continuer notre collaboration avec la police, l’Aide aux Victimes d’Infractions Pénales et l’Association des Parents d’Élèves pour continuer d’intervenir sur le terrain et sensibiliser les jeunes.

Margaux Grundstein, Trésorière, Camille Gottlieb, Présidente, Laura Dias, Assistante Direction de Be Safe Monaco © Frédéric Nébinger

Pour se pencher maintenant sur la Croix Rouge monégasque, vous êtes responsable de la section Jeunesse et Avenir, comment se traduisent vos missions à ce jour ?

Chez la Croix Rouge monégasque, notre axe de conduite c’est le lien intergénérationnel, entre les séniors et les jeunes. Je vous avoue que j’ai un coup de cœur pour le service sénior, grand âge. Tous les bénévoles de ma section sont très souvent dans les maisons de retraite et j’anime moi-même des jeux de loto au Centre Rainier III. Nous allons aussi collaborer avec la SPA pour leur amener des chiens. Finalement, j’essaye de lier toutes mes associations entre elles et je pense que c’est ce qui fait ma force.

Camille lors d’une visite au Centre Rainier III avec la Croix Rouge monégasque © Frédéric Nébinger

Je m’épanouis énormément chez la Croix Rouge. Lorsque mon oncle m’a proposé de faire partie du Conseil d’administration, j’étais extrêmement touchée et honorée. Pendant les réunions, quand il faut dire ce que je pense, on peut voir que je prends mon rôle de responsable du pôle Jeunesse et Avenir très à cœur. Je pense, j’espère, que mon oncle est très content de son choix. Je n’ai pas peur de prendre des décisions pour améliorer des vies. Aider les autres c’est une immense fierté.

Camille au Conseil d’administration de la Croix Rouge monégasque © Frédéric Nébinger

Pour terminer, avez-vous d’autres projets en tête ? De nouvelles associations à lancer, à soutenir, ou peut-être des projets plus personnels ? 

Je suis en train de lancer ma société de communication, marketing, création de contenu et amélioration d’image de marque. Je vais travailler comme je le faisais déjà avant avec le MK Club mais cette fois-ci en freelance. Le Grand Prix sera d’ailleurs une belle entrée en matière pour moi, je pense.

J’ai plein de petits projets en tête. Plus de nouvelles associations pour le moment je le promets (rires) mais je serai toujours présente pour soutenir une cause qui me tient à cœur, comme le Téléthon par exemple. Aujourd’hui j’ai envie de penser à mes projets, à moi. J’ai mis du temps à me lancer mais maintenant c’est fait et je suis personnellement et professionnellement très bien entourée.