Publicité »
Interview

Le Prince Albert II : « Mon père était davantage exigeant que sévère »

rainier-III
Le drapeau spécialement édité à cette occasion est à retrouver dans quatre points de vente différents. © Facebook Palais Princier de Monaco

Le Souverain a confié ses plus beaux souvenirs en interview.

Alors que Monaco célèbre cette année le Centenaire de l’anniversaire du Prince Rainier III, le Prince Albert II a accordé une interview à nos confrères de Hello Monaco.

Publicité

Un entretien au cours duquel le Souverain partage ses souvenirs les plus marquants avec son père. « Il y avait les différents événements où je l’ai accompagné, mais je me souviens aussi de moments calmes en famille, ceux en réelle intimité. Notamment les voyages en Suisse pour les sports d’hiver. Nous étions une famille de skieurs. Puis l’été, nous partions tous ensemble en croisière à bord d’un yacht. Mon père était le capitaine. Il avait un matelot, mais nous l’aidions tous au quotidien. Je nettoyais le pont. Vous pensiez que nous étions mollassons ? Pas question ! »

Le Prince Albert II s’est également exprimé sur l’héritage que le Prince Rainier III lui a laissé, et sur la façon dont il a influencé son règne. « Lorsqu’il a succédé à son grand-père le Prince Louis II, la Principauté sortait à peine de la Seconde Guerre mondiale. Monaco était, si ce n’est appauvri, du moins confronté à un manque d’infrastructures… C’était un petit pays qui avait besoin de perspectives d’avenir. Mon père fut le principal architecte dans le développement, la croissance et la diversification économique de la Principauté. Le mariage de mes parents, bien sûr, a contribué à l’ouverture de Monaco au monde. Mais ce n’était pas un fleuve tranquille. La France traversait une période de crise, sans oublier celle liée à la gouvernance de la SBM… Mon père a donc doté le pays d’une nouvelle constitution. Il a contribué à l’entrée de notre pays aux Nations Unies en 1993 et au Conseil de l’Europe en 2004, que j’ai personnellement ratifiée en 2005, peu de temps après son décès. »

Publicité »

Le Souverain a aussi confié que, grâce à son père, il avait appris qu’il fallait prendre du temps pour pouvoir résoudre un problème. « Vous devez entendre tous les points de vue, toutes les opinions avant de prendre une décision que la plupart des gens doivent trouver objective. (…) Mon père était un homme de détails, poursuit-il. Il supervisait attentivement ses dossiers, ses projets… »

Préparé aux devoirs de Prince dès son plus jeune âge, le Prince Albert II se souvient aussi des encouragements de ses parents : « J’avais un surnom donné par ma famille américaine. C’était en fait un diminutif, Albie. On ne m’a plus appelé ainsi depuis l’adolescence, évidemment. Mes parents étaient toujours là [pour nous]. Ils prenaient le temps de nous écouter. Il est vrai que je me tournais plus spontanément vers ma mère. Mon père était un petit peu intimidant, il était davantage exigeant que sévère. Ceux qui le connaissaient bien disent qu’il pouvait être parfois difficile. En fait, il était impulsif, mais d’autres fois, il affichait presque une sorte de timidité… Je l’ai déjà vu mal à l’aise avec des personnes qu’il ne connaissait pas vraiment, par exemple. »

Hello Monaco a également questionné le Souverain sur l’influence du Prince Rainier III dans sa façon d’élever ses propres enfants. « Jacques et Gabriella n’ont pas été particulièrement turbulents jusqu’à présent, a répondu le Prince Albert II. Je les laisse s’épanouir et s’ouvrir au monde. Ils sont vraiment joyeux, vraiment curieux et plutôt faciles à vivre. Charlène et moi n’avons pas besoin de les gronder souvent. »

Privacy Policy