Publicité »
Publicité »
Récit

Les confidences inédites du Prince Albert II à Paris Match

famille-princiere-de-monaco-3
Le magazine Paris Match s'est entretenu avec le Prince Albert II, quelques jours avant son anniversaire où il est apparu aux côtés de sa famille. ©Palais Princier de Monaco / Facebook

Le Souverain s’est livré à Stéphane Bern dans un entretien exclusif, publié le mercredi 20 mars.

Publicité

Il y a quelques jours, le Prince Albert II célébrait son 66ème anniversaire aux côtés des salariés, résidents et Monégasques, sur la Place du palais. Un contexte de forte solidarité entre le Prince et le peuple de la Principauté que Paris Match a choisi pour évoquer les sujets du moment, ceux qui rythment le quotidien du Chef d’Etat.

Et dans un premier temps, le Prince Albert II évoque les récents rebondissements dans l’affaire Claude Palmero. L’ancien administrateur de biens du Prince, démis de ses fonctions au mois de juin 2023, a multiplié les accusations à l’encontre du Souverain monégasque et saisi la justice à plusieurs reprises. Dans une enquête publiée par le journal Le Monde en janvier 2024, Claude Palmero laisse fuiter des carnets dans lesquels sont détaillées ses actions lorsqu’il était encore en poste au Palais, année après année.

« Ce n’est jamais facile de se sentir trahi par des personnes qui, au départ, étaient de confiance (…) Quand quelqu’un n’accepte pas de se voir proposer tranquillement à la retraite, et que ce quelqu’un déçu, vient vous menacer dans votre bureau, c’est humainement très désagréable, et surtout vain. Maintenant, il faut aller au bout du processus : la justice tranchera », développe le Prince Albert II. « Mes expériences passées m’ont permis d’acquérir une certaine carapace (…) Mais vous savez, cette expression qui dit que les emmerdements volent en escadrille est assez juste. Une accumulation de petits problèmes, ici au palais, au gouvernement ou plus personnels, s’ajoute à cette affaire. Et cette multiplicité de difficultés complique certes les choses mais, dans le même temps, elle me rend plus fort. On ne cesse jamais d’apprendre », ajoute-il.

Soutenu de toute part


L’occasion pour le Souverain d’évoquer le soutien qu’il a reçu dans le contexte de cette affaire très médiatisée. D’une part du Président de la République, Emmanuel Macron, la dernière fois en date dans une lettre rendue publique pour le 66ème anniversaire du Prince. « À plusieurs reprises, le président de la République m’a manifesté son soutien et je suis très heureux de cette amitié et de cette proximité avec la France. Nous espérons une visite officielle du président Macron très prochainement », se réjouit le Prince Albert II.

En parallèle, la famille princière est également citée, réunie au complet pour l’anniversaire du Souverain, le 14 mars dernier. « Heureusement que toute ma famille est présente autour de moi et m’entoure de son affection, la famille immédiate mais aussi la famille élargie des Monégasques. Nous ne formons qu’une seule et même famille, unie et solidaire. » Naturellement, la Princesse Charlène est également mentionnée : « Elle a aussi été très affectée pour moi, et peinée par certaines choses sorties dans les médias. On s’est soutenus mutuellement. C’est vrai qu’elle a repris beaucoup d’activités, plus d’engagement publics, et tout le monde s’en réjouit. »

famille princiere monaco anniversaire du prince albert ii
L’anniversaire du Prince Albert II ©Palais Princier de Monaco

Jacques et Gabriella, avec tendresse

Pendant son entretien avec le journaliste franco-luxembourgeois, le Prince Albert II revient sur l’évolution de ses enfants, le Prince Héréditaire Jacques et la Princesse Gabriella, qui auront 10 ans cette année. « C’est une petite demoiselle qui a un caractère indépendant et s’exprime assez librement, cite le Souverain à l’égard de sa fille et poursuit, on croyait Jacques plus introverti, mais cela fait quelque temps qu’il prend de l’assurance. Il est bienveillant envers sa soeur. » Et d’ajouter, au sujet de leur quotidien et des obligations inhérentes à leur titre : « ils sont très proches, très fusionnels. Les deux ont compris quel rôle un peu particulier ils auront à jouer et leurs obligations, même si je n’insiste pas trop sur ce sujet, pour ne pas les traumatiser. » Le Souverain admet que « certaines obligations ne les amusent pas trop », mais nuance en citant la fête de Sainte Dévote, sainte Patronne de Monaco, au cours de laquelle une barque est embrasée, et affirme « [qu’]ils aiment participer ».

prince albert ii princesse gabriella prince jacques
© Eric Mathon et Mika Alesi / Palais Princier

Je suis fier et heureux d’avoir apporté ma petite contribution pour la préservation des océans et de la biodiversité

Après avoir parlé, avec tendresse, de ses enfants, le Prince Albert II revient sur sa mission, au centre d’un petit État comme celui de Monaco. « Si je vous disais que j’aimais mon rôle de souverain 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, je ne serais pas honnête avec moi-même. Il y a des moments difficiles et d’autres extraordinaires, des moments de joie et de partage (…) Partager ses visions avec tout le monde est d’ailleurs le plus difficile. Je suis fier et heureux d’avoir apporté ma petite contribution pour la préservation des océans et de la biodiversité, mais c’est parfois frustrant de s’apercevoir que ce n’est pas une priorité pour tous. Pas seulement les océans, mais aussi la prise en compte de toutes les crises, qu’elles soient climatique, énergétique.. » Le Prince regrette « que ces questions, par exemple, ne soient pas mieux appréhendées par les chefs d’État ou de gouvernement ».

« La Principauté rayonne au-delà de ses frontières »

« Il ne faut pas oublier que Monaco est un micro-État, mais la Principauté rayonne bien au-delà de ses frontières et fait parler d’elle à travers différentes actions caritatives, environnementales, sportives ou culturels », expose le Souverain. « D’un côté, on essaye de faire en sorte qu’elle soit reconnue internationalement, de l’autre on pratique le micromanagement. » Et de développer sa pensée : « Je souhaite que tout le monde puisse travailler et se loger à Monaco, ce qui est une gageure, compte tenu de l’exiguïté de notre territoire ».

Je pense que la Principauté à un rôle de pacificateur à jouer

La discussion se poursuit autour du développement économique de la Principauté, du programme Mareterra qui sera livré d’ici à la fin de l’année, mais aussi de l’extension du Grimaldi Forum. « Nous pouvons nous enorgueillir d’une croissance à deux chiffres, cela prouve que le pays a su diversifier son économie de façon assez remarquable depuis le règne de mon père (…) Monaco reste une valeur refuge par sa stabilité, sa sécurité, des opportunités économiques. »

Au mois d’octobre 2023, le Souverain adressait son soutien au président d’Israël, à la suite d’une attaque menée par les combattants du mouvement islamiste du Hamas. Six mois plus tard, il confie : « Qu’il s’agisse du conflit en Ukraine ou au Moyen-Orient, la situation internationale actuelle me préoccupe ». « Je pense que la Principauté à un rôle de pacificateur à jouer », conclura le Prince Albert II.

La discussion entre les deux hommes se terminera sur un sujet plus léger, celui des Jeux Olympiques 2024, à Paris. « L’histoire de ma famille et celle de mon couple avec la Princesse Charlène sont évidemment liées aux Jeux. Je serai au rendez-vous pour ceux de Paris et, avec la princesse, nous irons encourager les athlètes de la Principauté et suivre les compétitions de natation et d’athlétisme. »